A l'occasion de la sortie du magnifique livre de Vérane Frediani "Marseille cuisine le monde", redécouvrez son interview à Girls in Food. 

Dans cet épisode, (re)découvrez l'icône de l'édition culinaire, dont les best sellers accompagnent tous les passionnés!

Dans cet épisode de Girls in Food Aime, diffusé pour la première fois en novembre 2020, (re)découvrez le parcours d'une femme engagée, Gabrielle Beck, cheffe et propriétaire du restaurant Tintamarre, à Paris dans le 19e arrondissement.

Elle y propose une cuisine libanaise familiale et défend des valeurs écologiques et un engagement sociétal dans les assiettes.

Bonne écoute!

FeGH : c’est par ce surnom qui claque – et qui sont aussi ses initiales – que je vous invite à plonger dans l’univers culinaire très personnel de Frédérick Ernestine Grasser Hermé.

FeGH, un personnage ? Pas du tout ! Une personnalité ! Sincère, entière, attachante. On parle souvent de sa gouaille mais je retiens sa poésie. Et surtout sa soif de savoir, ses connaissances encyclopédiques, son goût pour les mets et les mots.

Dans cet épisode, il sera question de choisir sa vie – quitte à forcer le destin –, d’audace, de persévérance et d’émotion. Avec à la clef, une petite chanson…

On ne pouvait pas mieux clore la Saison 2 de Girls in Food qu’avec FeGH, penseur en nourriture, compagne de route des plus grands chefs et femme toujours en avance d’une tendance.

De sa Guadeloupe natale à sa vie parisienne, du mannequinat à la découverte de la cuisine pour combler le mal du pays, Suzy Palatin est partout chez elle.

Les plus grands chefs ne jurent que par sa cuisine, mais Suzy, elle, rêve de la rendre accessible à tous : ce qu’elle fait dans ses livres, à travers des recettes qu’elle veut inratables, elle la cuisinière autodidacte et instinctive.

Personne ne parle mieux qu’elle de son île : dans cet épisode, Suzy nous fait le récit de ce terroir, dont les produits reflètent un passé chargé d’histoire et d’émotions.

Vous la pensiez cuisinière et autrice, mais Suzy Palatin ne s’arrête jamais : la voici à la tête d’un nouveau projet culturel, l’association Ailleurs et Ici, conçue comme un pont entre les cultures. Mais comme toujours avec elle, la cuisine n’est jamais très loin !

A elle seule, Thai-Thanh Dang coche toutes les cases : de brillantes études, une reconversion professionnelle et une transmission familiale. Économiste à l’OCDE pendant une quinzaine d’années, elle a pourtant toujours eu une envie d’entreprendre. Mais comment quitter une fonction prestigieuse pour un avenir incertain ? Surtout quand on s’est promis de ne jamais marcher sur les pas de ses parents, fondateurs de la glacerie La Tropicale ?

C’est pourtant en reprenant l’entreprise familiale et en changeant tout – ou presque, que Thai-Thanh a trouvé sa voie. Si elle a conservé l’enseigne et le goût pour les ingrédients exotiques, elle met un point d’honneur à proposer des parfums uniques et souvent éphémères, comme le lilas blanc, la lavande-coulis de cassis ou le pamplemousse-curcuma. Et à maîtriser toute la chaîne de production, en sélectionnant avec soin ses matières premières et ses revendeurs, des partenaires qui partagent ses valeurs.

Noémie Tanneau, c’est l’histoire d’une femme qui a toujours suivi son instinct et qui n’a pas peur des défis : après une première expérience professionnelle, elle a ressenti l’appel de la nature et du monde agricole, sans pour autant en être issue. Devenue ingénieure agronome spécialisée dans la viticulture, elle trace sa route, jusqu’à reprendre en 2019 un vignoble bordelais, le Château Saint-Ferdinand, sur l’appellation Lussac Saint-Emilion.

Dès la 1ère année d’exploitation, Noémie y déploie ses valeurs écologiques en entamant une conversion en bio et en obtenant la Certification Haute Valeur Environnementale, grâce à un plan d’action ambitieux tourné vers la biodiversité.

Un chemin qui ne fait que commencer et qui pourrait bien inspirer ses pairs…

Si cet épisode vous plaît, je vous invite à laisser un commentaire et 5 étoiles sur l’appli Apple Podcasts.

Et bien entendu, l’abus d’alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération !

Avec Margot Lecarpentier, la mixologue la plus cool de Paris, nous plongeons cette semaine dans le monde du bartending. Après une première carrière dans la musique à New York, Margot a décidé de poursuivre une autre de ses passions : les cocktails.

Formée à l’Experimental Cocktail Club, elle a ensuite fondé Combat, son établissement à Belleville, avec lequel elle a gagné tous les prix. Elle y prend le contrepied des bars façon speakeasy en proposant un lieu lumineux, avec une équipe 100% féminine, où la carte suit le cours des saisons. Si vous ne vous étiez jamais posé la question du « fait maison » appliqué à l’univers de la mixologie, suivez le guide, car Margot et son équipe fabriquent leurs propres sirops, sourcent leurs spiritueux et utilisent des ingrédients frais. Elles déclinent toute une palette de cocktails, pointus et créatifs, avec ou sans alcool.

Avec Margot, nous avons également abordé la question de l’entrepreneuriat. Et notamment des difficultés qu’elle a pu rencontrer pour monter son établissement en tant que femme. Dans cet épisode, elle partage des conseils, qui vous seront, j’en suis sure, utiles si vous envisagez de vous lancer.

Et bien entendu, l’abus d’alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération !

Noémie Malaize, passée par l’École Estienne et les Beaux-Arts, est la force créative derrière le magazine Îlots, une publication à la croisée de l’alimentation et de l’écologie. Un projet né lors d’un voyage aux antipodes qui l’a changée à jamais.

Dans son travail de Directrice Artistique, de graphiste et d’illustratrice, comme dans son magazine, Noémie tisse des ponts entre art et gastronomie. Elle révèle le beau dans chaque facette de notre alimentation, du terroir à la cuisine, en faisant le lien entre la nature et nos assiettes.

Pour cela, elle s’entoure d’une équipe presque exclusivement féminine, avec qui elle offre une nouvelle perspective sur notre monde qui change, Îlots après Îlots.

Mélanie Lhéritier n’a qu’une vingtaine d’années, quand, son CAP Pâtissier en poche, elle lance la pâtisserie Le Jardin Sucré avec son conjoint Arnaud, à Cernay la Ville. C’est le début d’une jolie success story : très rapidement, ils deviennent Champions de France de macarons, puis ouvrent une deuxième boutique, à Paris cette fois.

Aujourd’hui, ils sont plébiscités pour leur pâtisserie créative et raffinée, aux matières premières soigneusement choisies. Encore une preuve que la valeur n’attend pas le nombre des années, mais aussi qu’on peut se faire un nom sans être passé par les grandes maisons.

Car l’histoire entrepreneuriale de Mélanie et Arnaud pourrait bien devenir un cas d’école : avec ambition et de l’énergie à revendre, le duo suit son instinct et se construit loin des chemins tout tracés.

Rien ne fait peur à Mélanie, qui a encore des rêves plein la tête, et qui pourrait bien nous réserver de belles surprises à l’avenir !

Load more

Podbean App

Play this podcast on Podbean App