Catherine Kluger n’en finit plus de se réinventer : avocate, elle plaque tout pour ouvrir un restaurant dédié aux tartes salées et sucrées, sans passer par la case CAP.

Quelques années plus tard, elle remet les compteurs à zéro pour créer la marque de granola et de produits à base de graines SuperNature.

Dans cet épisode, Catherine répond à beaucoup de questions que se posent les candidats à la reconversion : comment trouver LE projet qui vous fera vibrer ? Comment sauter le pas ? Un succès fulgurant est-il toujours une bénédiction ?

Catherine délivre de nombreuses clefs et revient pour nous sur les hauts et les bas de son expérience en regardant avec lucidité par-dessus son épaule, avec une grande humilité.

Dans les épisodes "hors-série" de Girls in Food, j’invite des personnalités de l’univers créatif à partager leur vision, leur parcours et bien sûr leur passion pour la food.

Mon invitée d’aujourd’hui a créé ce qui est peut être la marque de céramiques la plus désirable : Three Seven Paris. Et pourtant, ce projet est né d’un coup de tête, d’une rencontre, sans préméditation. Car Caroline Petit-Mason est une femme d’instinct, qui va au bout de ses envies, sans s’imposer de limites.

Et du contenant au contenu, il n’y a qu’un pas : pour Caroline, nos assiettes et les arts de la table influencent notre rapport à l’alimentation, et notre perception des aliments. D’où l’importance d’y accorder une attention particulière. Une réflexion passionnante qui a donné envie à Caroline d’investir le champ des recettes, où le végétal occupe une place centrale.

Dans cet épisode, Caroline revient avec franchise sur les difficultés de l’entrepreneuriat, sur le fait de d’oser se lancer mais aussi de s’autoriser à changer de cap, sans avoir toutes les clefs mais sans aucun complexe. Pour celles et ceux qui souffrent du syndrome de l’imposteur, le parcours de Caroline pourrait bien être le témoignage qui vous manquait pour reprendre confiance ou oser vous lancer.

Marie Soria est la cheffe de cuisine d’un des plus célèbres créateurs d’événements, la maison Potel & Chabot.

Dans ce secteur culinaire du traiteur et de l’évènementiel, pas d’étoiles pour reconnaître le talent. Et pourtant Marie Soria et son équipe sont au sommet de la haute gastronomie et de la créativité.

En 22 ans de carrière dans la maison, Marie en a gravi tous les échelons, jusqu’à devenir cheffe de cuisine en 2016. Un accomplissement rare dans ce domaine très fermé.

Entre innovation - pour concevoir des évènements toujours plus impressionnants – et extrême technicité, qui lui permet de reproduire à la perfection le menu d’un chef triplement étoilé, Marie Soria est capable de relever tous les challenges.

Dans cet épisode, elle partage, avec la chaleur qui la caractérise, les joies et les difficultés rencontrées dans son métier, la chance d’avoir trouvé sa voie très jeune. Et pour elle qui fait désormais partie du top management, la réflexion et la responsabilité autour du bien être et des conditions de travail des collaborateurs, notamment pour permettre aux femmes d’avoir toute leur place dans l’entreprise.

Je vous emmène cette semaine chez Aponem, où la sommelière Gaby Benicio et la cheffe Amélie Darvas ont créé un lieu magique, avec une complémentarité unique.

Alors qu’elles étaient à la tête de leur restaurant parisien, Amélie et Gaby ont eu le coup de cœur pour une auberge située au sommet du petit village de Vailhan dans l’Hérault. En quelques semaines, elles ont quitté leur vie d’avant et la scène parisienne pour se projeter dans un nouvel environnement. Faisant le pari d’une autre vie, ailleurs, en posant les bases projet audacieux qui avait tout de l’aventure d’une vie.

Et justement, vivre sa vie pleinement, prendre des risques, faire des choix ambitieux, c’est le chemin que nous montrent Amélie et Gaby. Pas la voie de la raison mais une route toute personnelle. Je suis sure que, comme moi, cette rencontre va vous inspirer et peut être vous donner le courage qui vous manquait pour vous lancer ?

En cette période de Pâques, quoi de mieux qu’un épisode autour du chocolat pour se mettre en appétit ? Je vous emmène cette semaine sur les pas de Catherine Cluizel, de la célèbre maison éponyme. A travers elle, vous allez découvrir une saga familiale, où chaque génération apporte sa pierre à l’édifice.

Aujourd’hui, Catherine revient pour nous sur le fait de travailler en famille, sur la collaboration étroite de la Manufacture Cluizel avec les producteurs, sur sa position de pionnier du bean-to-bar, sur la notion de terroir de cacao, sur les nouvelles attentes des consommateurs… Un épisode qui vous donnera l’impression de plonger dans l’univers de Charlie et la Chocolaterie !

Cette semaine, nous avons rendez-vous avec une femme aux liens étroits avec le monde du vin, mais qui n’est ni vigneronne, ni sommelière. Alice Tourbier est la fondatrice d’un groupe hôtelier ancré dans des domaines viticoles, Les Sources de Caudalie. Si ce nom résonne à votre oreille, c’est que la famille d’Alice est propriétaire du Château Smith Haut Laffitte et que sa sœur a fondé la marque de cosmétique Caudalie, en utilisant le raisin comme ingrédient principal.

Une famille d’entrepreneurs, donc, qui tourne à 360° autour de la vigne. Alice a également choisi cette voie, en étant précurseure de l’œnotourisme dans le Bordelais. Et dans les hôtels d’Alice, la gastronomie n’est jamais loin : à l’activité hôtelière, elle a développé avec son équipe, une offre gastronomique de haut niveau, où le vin occupe évidemment une place de choix.

Dans cet épisode, Alice Tourbier revient sur son parcours d’entrepreneure, sur le fait de réussir à innover dans l’environnement conservateur des vins de Bordeaux, sur l’ouverture d’un hôtel en pleine crise sanitaire et sur le concept de « gastronomie naturelle ».

Chez Anne Caron, le café coule dans les veines. Aujourd’hui à la tête de l’entreprise familiale, la Brûlerie Caron, Anne est donc issue d’une lignée de torréfacteurs. Comme son père avant elle, elle a d’ailleurs été élue meilleure torréfactrice de France, devenant la première femme à obtenir ce titre.

Précurseure, elle l’est aussi dans ses engagements : si elle a à cœur de proposer le meilleur café possible – le fameux « blend Caron » est une référence en la matière - elle met tout en œuvre pour respecter le travail des producteurs et leurs terres. Son métier ? Faire le lien, pour nous amateurs de café, entre ce produit du bout du monde et notre quotidien. Mais comment faire face aux géants du secteur ? Comment trouver sa place dans une entreprise familiale ? Comment concilier préoccupations environnementales et attentes de consommateurs de plus en plus tournés vers les circuits courts ? Autant de questions auxquelles Anne répond dans cet épisode.

A la tête de Maison Dehesa, Florence Chatelet Sanchez parcourt le monde à la recherche de produits d’exception. Elle s’est donné pour mission de défendre l’artisanat et de préserver les gestes ancestraux qui ont façonné la gastronomie telle que nous la connaissons. Mais elle n’est pas une simple sourceuse : elle affine, transforme et transcende ces produits rares en faisant se rencontrer des méthodes de production et des terroirs qui n’auraient jamais pu être réunis sans son intervention. Cette démarche haute-couture, d’abord conçue pour les grands chefs, est désormais proposée aux gourmets, loin de toute stratégie élitiste mais avec la volonté farouche de porter produits et savoir-faire à leur paroxysme.

Il y a un an, Florence a décidé de s’attaquer à un autre défi, à la fois personnel et universel, en devenant l’un des visages du #meetoo de la restauration, elle qui avait tant à perdre en s’exprimant publiquement. Avec son association Respecte ta cuisine et son Label « Marianne de la cuisine inclusive et solidaire », elle veut aller plus loin et faire des chefs les acteurs du changement. Un défi immense, un pari risqué, mais s’il y a bien une femme pour relever ce challenge, c’est Florence Chatelet Sanchez.

(Re)découvrez le parcours de Pascaline Lepeltier, 1ère femme MOF sommelière, qui sera l'une des 7 candidats en lice pour représenter la France au Concours de Meilleur Sommelier du Monde.

---------

Dans cet épisode, découvrez le portrait de l’incroyable Pascaline Lepeltier, première et seule femme Meilleur Ouvrier de France sommelière, également désignée Meilleure Sommelière de France en 2018.

Pascaline est au sommet de sa discipline et elle est également une fervente défenseure des vins naturels et de la biodynamie.

Basée à New York depuis une dizaine d’années, elle est aujourd’hui associée au sein du restaurant Racines NY.

Dans cet épisode, découvrez comment des études de philosophie peuvent mener aux métiers du vin, comment on se prépare au concours de MOF quand on est bien loin des vignobles français, et à quels enjeux auxquels on est confronté quand on est une femme dans le milieu de la sommellerie.

Si cet épisode vous plait, je vous invite à laisser 5 étoiles et un commentaire dans l’appli Apple podcasts !

Venue de Californie, la cheffe Cybele Idelot est aujourd’hui la figure de proue du locavorisme francilien.

Guidée depuis l’enfance par une quête du goût et bercée par la cuisine ultra-fraîche et locale de sa mère, elle est l’incarnation du concept de « farm to table ». Son jardin potager alimente ses deux établissements : la Table de Cybele, tout d’abord, son restaurant gastronomique à Boulogne. Le Domaine les Bruyères, ensuite, à Gambais, dans les Yvelines, lieu magique et projet ambitieux, dont elle vous dévoilera l’esprit au fil des échanges.

Cybèle est habitée par la culture du produit, qu’elle travaille de A à Z sans en perdre une miette, le combat écologique chevillé au corps. Mais dans l’assiette, c’est le goût qui prime, avec une cuisine qui fait la part belle au végétal, ponctuée de viande ou de poisson sourcés avec une attention aigue et relevés par des assaisonnements pointus.

Cybèle Idelot a su faire sien le terroir francilien et contribue chaque jour à lui donner ses lettres de noblesse, grâce à sa cuisine d’auteure aux influences multiples.

Load more

Podbean App

Play this podcast on Podbean App